Un peu de leur courage

Avec mon meilleur ami, nous avons l’habitude de discuter de nos évolutions et changements respectifs. Le passage à l’état d’adulte est un de nos sujets de discussions préférés. Etre adulte est loin d’être une sinécure. L’une des caractéristiques d’un adulte, c’est sa capacité à faire des choix. Plus on prend de l’âge, plus le cercle d’incidence de nos choix s’élargit. Il ne s’agit pas de renoncer à notre droit le plus absolu, mais plutôt de devenir expert en équilibrisme afin que nos choix n’affectent pas négativement (ou le moins possible) ceux qui nous sont précieux.

Mon meilleur ami et moi avons décidé que pour être de bons adultes, nous devons apprendre à apprécier ce que nous avons, apprécier le moment présent, à compter nos bénédictions. L’un des sports favoris de l’humain est de se plaindre, de pleurer sur sa petite existence. Nous préférons faire le contraire. Le monde est loin d’être parfait mais c’est le nôtre avec ses imperfections, ses blessures. Et nous le chérissons de toutes nos forces. Il ne s’agit pas de chercher la perfection. Perfection is boring. Mais de savoir admirer la beauté dans l’imperfection humaine.

Autant devenir adulte est inévitable, autant cela nécessite un apprentissage. Et nos parents sont nos premiers enseignants. Ils le sont par les valeurs qu’ils nous transmettent, ils le sont par les conseils qu’ils nous donnent. Ils le sont par la patience et le sens du sacrifice dont ils font preuve envers nous. Ils le sont par leurs abnégations. Ils sont les héros silencieux et inconnus qui transforment un diamant brut en pierre taillée à la valeur inestimable.

Les circonstances peuvent amener à être adulte plus ou moins tardivement. Et une de ces circonstances est la perte d’un parent. Aujourd’hui, toi mon vrai jumeau mais mon faux frère, tu es devenu adulte. Je comprends ta peine et je la partage. Mais tu peux relever la tête. Au-delà de toi, je pense à tous les miens qui ont perdu un parent. Levez haut vos têtes et soyez fiers de vous. Ma petite personne estime que vos parents ont fait un travail formidable. Vous êtes leurs plus grandes fiertés. Vous êtes leurs héritages. Ils ont offert à la société des personnes dignes, intègres et valeureuses.

Des anges sont partis après avoir accompli la plus belle tâche de leurs existences. Et je ne leur demande qu’une chose : qu’ils nous donnent un peu de leur courage, un peu de leurs qualités afin que nous soyons des parents comme eux.

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.” — (Richard PUZ)

comments powered by Disqus