Un gaou à Dakar : Saison 1 Episode 6 - Entretien d'évaluation, ébola et la bête

Vendredi, j’ai eu mon premier entretien d’évaluation. Il s’agissait pour mes employeurs et moi de discuter de mon stage. Quelle était mon opinion sur le sujet ? Quels étaient leurs avis sur mes prestations ? L’objectif étant de faire le point sur le travail effectué depuis le début de ma mission et sur les objectifs à atteindre dans le futur. Et pour une fois j’étais stressé. D’habitude je ne suis pas stressé quelle que soit la nature de l’entretien mais pas cette fois.

Mes missions jusqu’au 15/09 consistaient à faire ce que j’appelle du reporting brut. Il s’agissait de reporter juste des informations, de les traduire de l’anglais au français. Elles créaient une certaine frustration en moi vu qu'elles ne nécessitaient pas de travaux de recherches ou de réflexion. J’adore recherche des infos qu’importe le domaine. Fouiller des bases de données, lire des thèses, analyses des profils, comparer des opinions. Je suis une fouine du savoir.

J’ouvre une parenthèse pour décrire la fouine.

(La fouine, “Martes foina” de son nom scientifique, est une espèce de mammifères carnivores d'Europe et d'Asie, au pelage gris-brun, courte sur patte et de mœurs nocturnes. Animal solitaire, la fouine évite ses congénères en dehors des périodes de reproduction. Son activité est surtout nocturne. Elle est opportuniste et se nourrit selon les saisons, de petits mammifères, de fruits, d'oiseaux, de déchets trouvés près des habitations. Comme la fouine, je suis court sur pattes : 1m66, cheveux compris à la dernière mesure. Mais une de mes compagnes m’a toujours dit que ce que est petit est mignon. Je suis petit donc je suis mignon. Je suis également d’une nature très solitaire. J’évite totalement mes congénères humains sauf si il y a une possibilité de reproduction : sexuelle, intellectuelle et financière. De fait je n’ai que très peu d’amis proches. A l’instar de mon nouvel animal totem, je suis un nycanthrope. Pourquoi ? Voir la raison précédente. La nuit, tout le monde dort. Je peux donc profiter au maximum de ma solitude sans interférences. Et surtout la nuit, la connexion Internet est plus rapide vu que tout le monde dort. What else ? En termes d’alimentation, il y a également des similitudes. Je ne me fais pas chi*r pour manger. Je ne suis pas compliqué. Avis mesdemoiselles !!! La fouine est un rogneur. Elle rogne presque tout. De l’animal vient le verbe fouiner signifiant « Explorer, fouiller les moindres recoins pour découvrir quelque chose ». Et moi je rogne tout le savoir qui me tombe sous la main. J’explore et je fouille partout pour assouvir ma soif de savoir)

J’ai fermé la parenthèse.

Mes missions étaient ce qu’elles étaient et ne me permettant de me comporter comme mon totem, j’étais assez frustré et surtout pas satisfait de mes résultats. Mais mes patronnes m’ont rassuré. Elles m’ont expliqué que c’était fait exprès pour me canaliser. Au final l’entretien a discuté plusieurs heures et je n’ai retenu que la phrase « tu as beaucoup à apporter à l’Afrique ». Pour dire, j’ai passé le weekend sur un petit nuage. L’un des plus beaux moments de ma vie. Vive Fati, Vive Sokhna. Et surtout, vive moi !

En brefs,
Nous avons Sarkozy qui a annoncé son retour à la vie publique. Mais quelle surprise ? Je ne m’en serai jamais douté. … Plus sérieusement, il croyait berner qui ? Autant je suis en admiration devant l’animal (une teigne ?) politique et son sens tactique (pas stratégique hein), autant je pense que la France a besoin de renouveau, de sang neuf. Ce perpétuel retour et cette perpétuelle présence des vaincus (Sarkozy, Royal, Aubry, Le Pen père, etc.) ne permet pas à la jeune garde de s’exprimer et de prendre sa part dans le développement de tous. Et la même chose se passe en Afrique. Nos hommes et femmes politiques ne savent pas se retirer de l’espace publique. On ajoute à cela l’absence d’idéologie et la pression culturelle qui veut que l’ancien soit forcément un meilleur dirigeant, on obtient les dirigeants que nous avons. Pour terminer je dirai que l’expérience ce n’est pas forcément dans l’âge ou dans l’héritage génétique. Mais reconnaissons au moins à Sarkozy la création de cette nouvelle figure de style :

La fièvre Ébola continue de sévir en Afrique de l’ouest. Les USA ont envoyé 3000 soldats pour lutter contre la maladie. Tout de suite les afro-théoriciens du complot se sont levés. Je reprendrai juste le point de vue de JC (aka Gregory), un ami que je complèterai. Quand on entend que 7 guinéens qui faisaient la sensibilisation dans un village ont été lynchés à mort, quand on entend que des dirigeants (ministres, directeurs généraux, etc) d’un pays ont fui leur pays au début de la crise et que malgré les appels de la présidente ils ne sont pas rentrés, on peut comprendre la décision. Au départ de la crise, qu’on fait les pays africains ? Ils ont fermé leurs frontières et ne se sont pas entraidés. Que MSF et autres ont dû demander avant que des pays comme le Sénégal et la Cote d’Ivoire n’ouvrent un corridor pour faire porter assistance aux pays en crise. Aujourd’hui ils réclament de l’aide international. Et si des pays comme Cuba envoi des médecins, il faut garder à l’esprit qu’ils n’ont pas les mêmes intérêts que les USA et surtout qu’un Etat n’a pas d’amis mais que des intérêts. De plus, des 3000 soldats, qui sait combien de médecins militaires il y a dans le lot ? La fièvre Ébola est une maladie tropicale. Donc c’est notre problème. A nous de le régler au lieu de stigmatiser les pays qui l’ont et leurs citoyens. J’ai entendu et lu des commentaires de sénégalais sur la Guinée et les guinéens, je me demande si les Le Pen ont déjà été autant xénophobes. Avant de plonger raison et coeur dans des théories aussi fumistes qu'incongrues, il serait temps de trouver des solutions locales à nos problèmes locaux. Si nous essayons et que ça ne marche pas, là on peut se poser des questions. Mais si il faut à chaque fois qu'on villipende les autres, et bien on l'a dans le baba. Parce même si c'est des problèmes "créés" de toutes pièces, ils n'en restent pas moins locaux. La discussion Facebook est par .

Avant de finir, je vais parler de la bête. Vous ne connaissez pas la bête ? La bête prend l’allure d’un sentiment. Vous savez, ce que vous ressentez pour cette personne particulière ? Cet être pour qui vous fermez les yeux sur certains traits de personnalité. Pour qui vous pouvez passer presque tous. Certains appellent ça l’amour. Je l’appelle la bête. Donner liberté à la bête c’est prendre le risque d’être heureux, d’atteindre la plénitude. Mais aussi de souffrir à en perdre l’âme. Ayant vécu le bonheur suprême et nagé dans les limbes de l’enfer, j’ai fait mon choix. A chacun de savoir s’il veut garder la bête enchainée ou la libérer.

Mon conseil du jour : faites un tour régulièrement sur cette page « Humans of New York ». Elle a le mérite de me faire ressentir des émotions profondes. Du bonheur visuel.

Il semblerait que j’ai une appétence pour les femmes matérialistes. C’est dit par ici. C’est juste que j’aime la simplicité. Plus sérieusement, c'est des femmes comme ça on veut :
Aissatou Cissé, reine ivoirienne du transport par Jeuneafriquetv

Un bonus pour la route : l'horoscope de la semaine.

Sur ce, à la prochaine. (Ici ils ajoutent aux aurevoirs Inch’Allah. Perso ça me fait flipper. Parce que comme je dis, et si Il veut pas ?)

“Guddi am na boroom.”* — (Proverbe wolof)

*La nuit a un maître.

PS : j'ai bousillé l'objectif de mon appareil photo. Si quelqu'un fait le trajet Paris-Dakar, qu'il me le fasse savoir. En récompense, il aura ma reconnaissance éternele et celle de mes descendants.
comments powered by Disqus