Un gaou à Dakar : Saison 1 Episode 4 - Un œil sur Paris

De mon escapade dakaroise, je garde un œil attentif sur tout ce qui se passe en France. Pourquoi ? Parce que depuis 5 ans, je vis dans ce pays (même si c’est faux sur les 8 derniers mois). Mon avenir professionnel dépend de la formation que j’ai suivi dans ce pays. Mes plus proches amis y vivent. J’y paie mes impôts et taxes. Non pas que je sois heureux d’être un étranger mais j’y suis bien. J’y ai trouvé un certain équilibre. Et en entendant ma prochaine terre d’accueil, je suis bien obligé de m’intéresser à ce qui s’y passe pour éviter surtout de subir sans savoir. J’estime qu’il est bête et con de ne pas s’intéresser à la politique d’un pays, à ces faits sociétaux, à sa culture, à sa gestion quand on y vit. Tout simplement de ne pas participer activement à la vie de la communauté dans laquelle on vit. C’est comme si un individu vivait dans une maison, profitait de la maison (électricité, eau, internet, nourritures, etc.) en payant sa part des charges sans rien vouloir savoir du monde de gestion, de l’histoire des habitants. Un jour il pourrait se réveiller et s’entendre dire que les charges ont augmenté et qu’en plus il ne peut rester que de 18h à 6h les jours impairs, les soirs de pleine lune uniquement et tout ceci à condition de ramener à chaque fois l’œil d’un cyclope et la corne d’une licorne.

Ah oui. Je le dis de suite : je suis sympathisant de droite, de centre-droit. Cette précision est importante pour la suite.
Ceci dit, grande fut ma surprise quand ce weekend, le Ministre de l’économie a attaqué de manière virulente la politique économique de son gouvernement. Politique qu’il est, lui-même, chargé de mettre en place. Et avec le soutien du Ministre de l’éducation, à quelques jours de la rentrée. En fait non. Pas de surprise. Cette sortie médiatique colle bien aux personnages et est cohérente avec les couacs gouvernementaux depuis le début du mandat de François HOLLANDE.

La surprise, la vraie – comme quand une fille me dit qu’elle m’aime, c’est lundi matin. Manuel VALLS, Premier Ministre qui annonce la démission du Gouvernement. Alors là. Le choc. Je n’en suis pas remis. Une nouvelle crise. Pourquoi ? Le pays n’a pas besoin de ça. A quoi jouent-ils ? Je suis de centre-droit. Et politiquement, ni le centre-droit, ni la droite n’ont rien à redire de la politique menée. D’où, les attaques sur les personnes. Il faut des réformes, la France a besoin de réformes. FH et MV s’y attellent. Peut-être pas aux rythmes souhaités mais ils y vont. Et vu leur obédience politique, ce doit leur en couter plus que les gens ne le pensent. Mais voilà. Et à moins d’être le stratège ultime, l’un ne sera pas réélu président. L’autre a autant de chances de devenir président que Marseille remporter la ligue 1 cette saison. (Ici c’est PARIS ! enfin tout sauf Marseille quoi)

La France je l’aime. Et quand je vois ce qui se passe je me dis qu’il faut commencer à préparer les valises. Je me mets donc à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil. L’Asie, l’Océanie et le Canada tiennent la corde pour le moment.

Sauf si je m’engage encore plus fort. Sauf si je me donne corps et âme à ce pays en m’engageant politiquement. Aider à faire amener un candidat, bien précis, de droite au pouvoir. La question maintenant est ce que j’ai envie de faire ce sacrifice. Je peux ou je peux pas? Je pense que Juppé (100 Je 2 maux). Mais je repense à mon père qui m’a dit récemment : "il y a très longtemps j’ai essayé de faire de la politique. Je n’ai pas insisté." Finalement non, je peux pas.

Sinon, des suggestions pour mon prochain exil volontaire ?

Quand le moment est venu, l'heure est arrivée” — (Raymond BARRE)

comments powered by Disqus