Un gaou à Dakar : Saison 1 Episode 1 - The beginning

Pendant longtemps j’ai pensé que la capacité à faire des choix est l’une des caractéristiques essentielles de l’âge adulte. À l’ère actuelle, faire un choix est plus compliqué que par le passé. Il suffit de faire un tour dans le petit magasin du coin pour s’en rendre compte. Supposons qu’on veille acheter un nouveau jean. Quelques années en arrière, il n’y avait qu’un seul type, qu’une seule coupe de jeans. Et tout le monde s’en satisfaisait. Aujourd’hui, il existe des jeans slims et super slims. Des regulars, des demi-regulars et des joggers. J’en passe puisque chaque fabricant a maintenant sa classification. Ce qui est valable pour les jeans est valable pour les téléphones portables, les farines de cuisines, les confitures, les autos, etc. Tout, ou presque, existe en plusieurs options avec tel ou tel autre avantages. Faire un choix de nos jours n’est pas la chose la plus compliquée. La pensée collective a tendance à croire que l’abondance de possibilités entraine de meilleurs choix. Les résultats sont cependant un tantinet différents. On observe surtout plus de frustrations de la part des individus qui se demandent si en fait l’autre option n’était pas préférable. Et cette frustration survient aux premiers désagréments rencontrés suite au choix. “Peut-être que si j’avais choisi l’autre…” J’en suis donc arrivé à la conclusion que non pas la capacité à faire un choix, mais plutôt la capacité à assumer les choix faits est une caractéristique de l’âge adulte et de la maturité. Eliminer certaines options, faire et assumer le choix fait, accepter tout autant les aspects positifs et négatifs qui peuvent en résulter.

Tout ceci pour finir par m’auto-caresser dans le sens du poil. J’entame ma nouvelle aventure professionnelle. Après Shanghai, direction Dakar. Direction Dakar pour un semestre. Direction Dakar après avoir décliné les offres de l’entreprise de l’homme le plus riche du monde et d’un grand groupe de luxe. Direction Dakar pour un petit cabinet de conseil en stratégie.

Dakar, c'est mon choix. Et j'en assumerai toutes les conséquences postives et négatives. Dakar, c’est surtout que parce qu’à termes, je veux rentrer en Afrique pour mener mes projets et y faire carrière. Je pense que l’époque où les origines africaines suffisaient pour prétendre connaitre le continent, ses marchés et ses habitants est révolu. Dakar donc pour mieux connaitre et surtout pour mieux comprendre l’Afrique est ses composantes. Dakar parce que c’est l’Afrique, parce que c’est chez moi (et si je peux éviter les affres de l’hiver, je ne dirai pas non). Dakar pour sortir de ma zone de confort. Dakar parce que cette ville est mon petit coin de paradis. Dakar parce que le nom de la ville viendrait de l’expression wolof "deuk raw" signifiant qui s’y installe trouvera la paix. Et que je me sacrifie volontiers pour vérifier cette assertion.

Cette nouvelle aventure donnera lieu à une nouvelle série dont vous lisez le premier épisode : un gaou à Dakar. Un gaou pour faire de l’auto dérision. Un gaou parce que je n’ai encore jamais travaillé en Afrique. Un gaou parce la différence entre un séjour touristique et un séjour professionnelle est assez importante. Le plus gros défi à mon humble avis est l’absence de mitigeur. Mais en espérant que cette nouvelle aventure soit riche, belle, pleine de surprises et d’apprentissages.

“Ex Africa semper aliquid novi* ” — (Pline l'Ancien)

* D'Afrique surgira toujours du neuf.
comments powered by Disqus