On nous ment ! ... Mais ce n'est pas qui vous croyez.

Ca fait longtemps que j'ai écrit un article de blog. Mais je vais me faire un petit plaisir ce matin pour dénoncer un phénomène qui m'exaspère de plus en plus.

Je descendais tranquillement ma timeline Facebook. Mon petit checking journalier pour voir ceux qui sembleraient avoir de meilleurs vies que moi, ceux qui galèrent un peu, etc. Et je tombe sur cette publication.

Un très grand réseau de fabrication de Coca-Cola et de sprite démantelé ici au bénin. Alors cher frère n'arrête pas de publier ceci car c'est notre vie qui est en danger. Très sérieux.

Posté par Symphorien Azimbli sur jeudi 1 octobre 2015

Mon sang n'a fait qu'un tour. Il n'est même pas encore 6h. Je me suis réveillé il y a moins d'une heure et je n'ai pas encore pris suffisamment de café.
Et je tombe sur un exemple de désinformation et de manipulation de la masse. Et ce genre d'opérations se multiplie, indépendamment des situations géographiques, sociales et sociétales.

Le mode opérationnel est basé sur le même principe : jouer sur les peurs et/ou tout autre émotion négative pour faire passer un semblant de message.

Ici le sieur Symphorien Azimbli affirme qu'un très grand réseau de fabrication de Coca-Cola et de Sprite a été démantelé au Bénin.

Vu que c'est du Coca-Cola (grosse boite américaine, avec tout ce que ça implique, et la boisson Coca Cola est au centre de nombreuses polémiques socio-sanitaires injustifiées ou non, etc), que c'est très connu et très consommé, la première réaction c'est la peur. Dans nos petites têtes : Oh mon Dieu ! (avec une petite voix hystérique)

Le message sous jacent et implicite: heureusement qu'il existe encore des citoyens comme lui pour nous prévenir des choses que les dirigeants chercheraient à cacher. Donc il faut partager cette information car "notre vie est en danger" (je tiens à rassurer mes proches : je n'ai pas de vie commune avec cet individu).
Ce qui induit encore un message plus sournois : on nous ment, on nous cache des choses. Mais encore une fois, heureusement il y a des bénévoles pour chercher et apporter les informations "vraies" au peuple.

Sauf que les métiers d'enquêteurs (officiers judiciaires,journalistes, détectives et autres métiers de l'enquête) sont des métiers nécéssitant des formations. Beaucoup oublient ça. Et que les biais de confirmations existent et peuvent avoir beaucoup d'importances.

Ce que le sieur Azisbli n'a pas précisé, c'est que son fameux réseaux serait en fait situé dans une ville indienne Ludhiana. L'affaire a fait grand bruit dans les journaux locaux (Source). Il semblerait que ce soit fréquent là bas et que ce ne soit pas que les boissons qui soient fabriquées frauduleusement.

Quoi qu'il en soit, la publication du sieur Azimbli est fausse, nulle et non avenue. D'ailleurs, en faisant un peu attention sur les photos, on peut voir des mains d'une couleur de peau assez différente de ce qu'on peut retrouver chez des béninois. Sauf si bien sûr, la carnation béninoise a changé entre temps.
Et d'autres publications, reprenant les mêmes images, prétendent que c'est au Nigéria. Mais faudrait vous entendre les gars.

La question n'est pas la nocivité du Coca-Cola, encore moins l'existence ou non de structures similaires au Bénin. Ceci est un autre débat.

La question ici c'est la véracité des informations partagées sur Internet. Aujourd'hui n'importe qui peut publier n'importe quoi sur Internet (héhé, la preuve vous me lisez bien), entrainant les rumeurs les plus absurdes, renforçant les gens dans leurs croyances. Le but ce n'est plus de convaincre par un raisonnement logique mais de persuader par les émotions négatives. Ces publications atteignent rapidement un nombre de vues incroyables. (Je ne suis même pas certain de faire 4000 vues sur cet article alors que celui que je dénonce est à plus de 4500 partages. L'injustice du monde. Sniff). Et c'est encore plus choquant pour moi quand c'est des personnes éduqués qui relaient certaines informations sans aucun recul et sans tenir compte de l'impact possible. Etre intelligent ne veut pas forcément dire ne pas être stupide, bien au contraire.

Il n'y a pas beaucoup de solutions à ce fléau de désinformation et de manipulation. Juste des règles simples à rappeler : si une information vous semble suspecte, vérifier là en faisant une recherche Internet (Google, Bing, DuckDuckGo, etc).
Si une information vous renforce trop dans vos convictions, vérifier là en faisant une recherche Internet (Google, Bing, DuckDuckGo, etc).
Faire attention s'il y a des sources, s'il n'y a pas des sources, faut aller en chercher. S'il y en a, les vérifier.

Et souvent, ceux qui publient ce genre d'articles sont peu ouverts à une discussion intellectuelle. Un des leurs arguments préférés est "mais tu penses qu'on est dans le monde des bisounours ?". Ca fait quoi si je veux vivre dans le monde des bisounours ? Hein, ça fait quoi ?

Il faut que chacun fasse preuve d'honnêteté intellectuelle envers lui même et envers les autres. Et puis, tout n'est pas obligé de partager certains points de vue.

La clé pour évoluer sereinement aujourd'hui, c'est de dépassionner certains débats et de prendre du recul.

Oui, peut-être qu'on nous ment. Oui, peut-être nous sommes manipulés. Peut être le grand complot judéo-socialo-maçonno-homo-conservato-arabo-yayiste existe. Mais les menteurs ne sont pas toujours ceux qu'on croient.

Comme l'a dit Aaron Akinocho, être intellectuel ce n'est pas lire Le Figaro mais après avoir lu le Figaro allez lire Libération.

Quelques cadeaux pour la route : Hoaxbuster, site de vérifications de rumeurs, un article sur les rumeurs, et le Google français des rumeurs internet.

Et je rappelle encore : la clé c'est de prendre du recul. De trouver un équilibre entre doutes cartésiens, raisonnements logiques et émotivité.

Sur ce, à bientôt.

« Niska est le meilleur rappeur que j'ai jamais entendu » - (2Pac)*

*Si vous avez pas saisi, je peux rien faire de plus pour vous.

comments powered by Disqus