Madiba est mort (enfin!), vive Madiba

Nous sommes le 5 décembre 2013. Nelson Rolihlahla Mandela vient de mourir. Quelle perte immense pour l'humanité! Qu'allons nous devenir? Aurons nous d'autres leaders de cette trempe ? Les articles fusent. Les hommages fusent. Les photo-montages fusent. Ô mort cruel, pourquoi tu nous l'arraches? Il était un phare, un modèle, un exemple. L'histoire de ce grand homme a bercé ma jeunesse, a impacté mon avenir. J'en pleure. Je ne sais pas si je m'en remettrai un jour. Ma vie ne sera plus pareille.
...
Ok. Stop. J'arrête la déconnade. Je suis plutôt soulagé par ce décès. Oui, très soulagé.
Nelson Mandela avait 95 ans. Qu'il ait vécu aussi longtemps est déjà  pas mal. Nelson Mandela était devenu une bête médiatique. Malade, à  chaque fois que son état connaissait un changement, à  chaque fois qu'il clignait de l'œil gauche dans son lit de malade, il y avait un battage médiatique monstre. Mandela était devenu une marque. A son corps défendant (voir en fin de cet article). Sa famille avait établi un commerce florissant sur son nom, sur son image. La dite-famille qui est profondément déchirée sur la gestion de sa fortune(Mandela n'était même pas encore mort). Mandela était devenu la mascotte de l'ANC qui s'en servait à  tort et à  travers. Je me demande ce que l'individu lui même en pensait.
A sa place, j'aurai furieusement souhaité qu'on me laisse vieillir, être malade et mourir en paix. J'aurai probablement adoré les hommages mais j'aurai aimé que mon message de justice et de pardon reste vivace dans les cœurs. Si j'étais Mandela, j'aurai voulu que beaucoup comprenne que s'ils veulent un changement, ils doivent agir pour, aller le chercher avec convictions et déterminations. J'aurai apprécié que l'on se souvienne des mes camarades morts au combat, de ces illustres inconnus sans qui je n'aurai pu rien accomplir. Mais je crois que j'aurai vraiment et surtout adoré qu'on me foute une paix royale après tout ce que j'ai accompli. C'est le minimum que je suis en droit d'exiger. Et que personne ne semble vouloir m'accorder.
Mais je ne suis pas Mandela. Ce qui ne m'empêche pas d'être soulagé de sa mort. J'en suis heureux. Qu'il aille se reposer, il a fait sa part. Son héritage est éternel, que chacun sache s'en imprégner. Que nos hommages soient silencieux, qu'ils soient à  l'image de l'homme : discret et humble! De la décence et non de la compassion inutile et mal-venue.
Madiba est mort, vive Madiba!

" Je n'étais pas un messie, mais un homme ordinaire qui était devenu un leader en raison de circonstances extraordinaires. " - (Nelson MANDELA)

comments powered by Disqus