Le monde est mon pays

Il y a pas longtemps je discutais avec Axel, mon frère et il me dit, je cite "Gaël, est-ce que tu te rends compte que tu commences à devenir comme les parents, à voyager tout le temps". Je lui dis non, pas du tout. Faut dire que je n'ai jamais voulu de cette vie entre 2 avions. Je me vois plutôt posé avec un poste bien spécifié géographiquement. Je me vois surtout emmenant mes enfants à l'école tout les matins. Ce que je ne peux faire si je voyage tout le temps
Mais voyez-vous, les choses ne se passent pas toujours comme nous les anticipons. En fait, les choses se passent rarement comme nous le souhaitons. Et parfois, pour notre plus grand bien.
2014 s'annonce comme un crû exceptionnel pour diverses raisons. Une d'entre elle a pour nom Shanghai. L'autre New-York. Les autres, je ne sais pas encore.
Pour ceux qui ne le savent pas, je suis étudiant à France Business School. Mon école dispose de campus et de programmes d'échanges à l'étranger avec des universités partenaires. Elle a ouvert le process de sélection pour aller à Shanghai. J'ai postulé, j'ai été pris. Je passerai donc mon semestre prochain à Shanghai entre cours, missions en entreprises et découverte de la culture chinoise. Autant vous dire que je suis tout excité.
2 fois par an se déroule au siège des Nations Unies l'assemblée des jeunes aux Nations Unies, "The Youth Assembly at the United Nations". Il y a une session d'été en août et une session d'hiver (du 5 au 6 février 2014). Des centaines des jeunes de tous les continents se fixent rendez-vous à l'ONU pour discuter des sujets qui les préoccupent.
Dimanche soir, je me balançais de liens en liens tel un singe numérique sur les internets quand Bernard m'écrivit. Bernard, c'est un ami qui vit à New-York. Il me dit d'emblée : "mec, je t'invite à NY pour une conférence par le biais de mon université". Le choc. "Hein!!?? Pourquoi?" lui demandai-je? Il se mit à me vendre l'assemblée et tout. En fait, Bernard étudie dans une université new-yorkaise chargée de de l'étude des programmes proposés par les jeunes africains lors de l'assemblée. Il me caressa dans le sens du poil, flatta mon égo. Je ne voyais toujours pas l'intérêt de me ruiner pour y aller. Sachant aussi que je dois être à Shanghai le 8 février. Et il sortit l'argument massue : Tony Elumelu intervient le 6 au soir. L'enfoiré. Il m'a pris par les sentiments. Connaissant mon admiration pour l'homme (que j'ai d'ailleurs exposé brièvement ici), il savait que je ne pouvais pas dire non. Que je n'allais pas dire non. Mes économies vont y passer et je vais devoir anticiper les souhaits de Papa avant qu'il n'y pense même. Mais l'occasion est trop belle pour que je la laisse passer. J'ai entamé la procédure pour y aller et je compte être de la fête.
En tenant compte du fait que je serai à Dakar avec L., début janvier je me dis que finalement Axel a pas tord. En sus, je dois prendre une année de césure à partir de juillet et j'ai quelques pistes pour des stages hors de France. Finalement je ne suis pas contre l'idée de voyager tout le temps. Si c'est pour rencontrer des gens, apporter ma partition pour rendre le monde meilleur, réaliser mes projets. Je commence à devenir tout doucement citoyen du monde.
Pour ceux qui se posent la question, oui je vais partager avec vous ces différents moments. Et si j'arrive à serrer la main à Tony Elumelu, je pense que je ne vais plus la laver.

" Ma patrie est le monde " -(Sénèque)

comments powered by Disqus