La vie sexuelle des limaces de mer

Dans mon premier billet, je promettais de prendre du plaisir et d'en donner. Je ne sais pas pour vous mais j'en prends énormément. J'adore écrire. Mais passons. L'objectif de ce billet n'est pas de revenir sur mes plaisirs, solitaires ou pas. J'ai malencontreusement promis, dans ce dit billet, de rédiger un article sur la vie sexuelle des limaces de mer. Et depuis ce jour, ma vie n’est que chantages, menaces et autres techniques de manipulations. Tout ceci de la part d’une seule et unique personne. Les preuves de l’acharnement sur mon humble être sont légions mais je n’en exposerai qu’une seule.
Je n’ai pas pour habitude de céder aux chantages. Ni aux menaces. Mais je fais le choix douloureux de céder à ce vil harcèlement pour préserver ma santé mentale et mon équilibre psychologique.

Les mollusques, le plus souvent les mollusques marins (et plus précisément les nudibranches), font l’objet de fréquentes études scientifiques. Ceci s’explique par le fait que ces animaux, à l’instar d’autres comme certains reptiles, ont des capacités régénératives uniques dans le règne des êtres vivants. La compréhension de ces capacités régénératives et les différents processus pourrait être d’une utilité énorme pour le traitement des cancers et autres problèmes de santé.

Des chercheurs japonais, dans leur inestimable curiosité, ont procédé à une étude sur la vie sexuelle des limaces de mer. Une étude sur les limaces de mer, je peux comprendre. Mais une étude sur la vie sexuelle des limaces de mer….

Bref, la limace de mer, de son vrai nom Chromodoris reticulata est un mollusque hermaphrodite vivant principalement au nord de l’Australie, dans le pacifique ouest. Lors de l’accouplement, les partenaires assurent les deux rôles simultanément. Chaque partie donne et reçoit le sperme du partenaire qu’elle conserve pour une insémination ultérieure. Prévoyants ces animaux. On ne sait jamais.
Mais la spécificité de ces charmantes bêtes n’est pas là. Les chercheurs ont découvert que ChroReti (le petit nom affectueux que je leurs ai donné) avait des pénis jetables. Oui oui. J-E-T-A-B-L-E-S !!!. Après chaque accouplement, ChroReti se débarrasse de son organe reproducteur. Il lui faudrait envron une journée pour s’en fabriquer un autre. Fascinant !

Sachant la constance de mon inconstance relationnel, je commence à trouver un intérêt à cette étude. Imaginez un jour messieurs, que la science nous permette d’avoir ce genre d’organes. Je vous laisse réfléchir à l’époque bénie qui s’ouvrirait alors pour nous.

Je me permets de demander aux sieurs Sekizawa, Seki, Tokuzato, Shiga et Nakashima de continuer sur leurs nobles taches. Le bonheur de beaucoup en dépend. Mon soutien psychologique et moral est indéfectible.

Pour plus de détails sur l'étude, c’est par ici.

"Escargot: Limace qui a accédé à la propriété." - (Laurent BAFFIE)

comments powered by Disqus