La Nouvelle Tribune et l' (mal)honnêteté intellectuelle

Aujourd'hui, il y a eu un sujet de discussions très intéressant au sein de l'Internet béninois sur la paternité d'une photo. Un journal, La Nouvelle Tribune, s'est servi d'une photo pour illustrer une chronique. Sauf que la photo n'a pas été créditée.

Avant de continuer, j'apporte une précision et je donne 3 définitions.

Ma précision est que je ne suis pas un grand fan de La Nouvelle Tribune. Je suis souvent en désaccord avec certains de leurs points de vues. Et je n'aime pas la manière dont sont gérées leurs interactions sur les réseaux sociaux. Cette précision est donc un jugement que je porte et que j'assume entièrement. Néanmoins je reconnais la qualité de leurs travaux et encourage leurs présences sur les Internet. C'est l'organe de presse béninois que je consulte le plus souvent. Faut dire les choses comme elles sont.

Pour ce qui est des définitions je m'intéresse à l'expression "Honnêteté intellectuelle".
Dans sa 8è édition de son dictionnaire, l'Academie française apporte plusieurs définitions au mot honnêteté.
alt

Quand au mot intellectuel, on a les définitions suivantes.
alt

Ainsi, en faisant une combinaison des 2 mots, l'expression Honnêteté intellectuelle, selon le site "L'internaute" peut se définit comme la "Capacité à se remettre en question". Ou encore cette capacité à "faire preuve de bonne foi et d'objectivité dans ses propres raisonnements et pensées au regard d'arguments extérieurs permettant de corriger une erreur de jugement.". Je partage cette définition et y ajoute la capacité à reconnaître le travail d'autrui.

Maintenant que les bases sont posées, intéressons nous au débat qui a eu lieu sur les réseaux sociaux.
Une blogueuse a fait remarquer à l'organe de presse que la photo n'avait pas été créditée.

Long short story, c'en est suivi une longue discussion. Elle commence ici.

Pour résumer, dans un premier temps, La Nouvelle Tribune a dénoncé une accusation "rapide et inutile". Pour ensuite reconnaitre qu'elle avait pris la photo sur une page Facebook, avant de pêle-mêle essayer de se dédouaner en montrant un exemple où elle a créditée, de bloquer des Twittos, de s’enorgueillir de sa popularité, etc. D'une simple demande de vérification/validation, on est passé à un #photogate.

Selon une autre source, le photographe aurait envoyé ses photos à l'Agence France Presse. Via cet organisme, la photo dont il est question a illustré un article de RFI.

On remarque que 1) RFI a bien crédité le photographe et 2) qu'il s'agit de la même photo.
Par ailleurs en fouillant le code source de la page de l'article RFI, on remarque bien que l'article a été publié à 15h39
(c)Capture d'écran RFI).

Pour rappel, je mets des captures des comparaisons.

(c)Capture d'écran RFI avec le crédit photographe)


(c)Capture d'écran La Nouvelle Tribune sans le crédit)

Voilà donc La Nouvelle Tribune prise en flagrant délit de mensonge éhontée et sans vergogne.

Nous sommes à une époque où l'industrie du service occupe une place primordiale. Le travail intellectuel de tous et chacun doit être donc reconnu à sa juste valeur.

Que la Nouvelle Tribune ne connaisse pas l'auteur de la photo, soit. Encore que c'est très condamnable, de mon point de vue, pour une institution de cette importance. Mais qu'elle, par le canal de son community manager sur Twitter, s'entête dans son déni et parade, c'est vil, lâche, malheureux et malhonnête. Ce n'est pas grâce à des gens comme eux que notre continent se développera. Ce n'est pas avec ce genre de pratiques que nos artistes, que nos cultures s'exporteront plus facilement.

Et si quelqu'un voulait un exemple de malhonnêteté intellectuelle, il est gracieusement servi. C'est offert par le community manager de La Nouvelle Tribune.

Tristan Bernard disait “L’honnêteté n’est pas un habit des dimanches, mais un vêtement de tous les jours.”
J'en connais à qui on devrait tatouer ses mots dans le cerveau.

comments powered by Disqus