Here's to 2013

Aujourd'hui, Google a sorti son **Zeitgest 2013**. De l'allemand "zeitgest" signifiant esprit du temps, le concept de Google est de montrer les tendances de l'année écoulée en terme de recherches. Quand on sait la place de Google dans les internets, on obtient une idée assez juste de ce que les gens ont eu à penser/rechercher voire de l'évolution sociétale. Pour avoir un aperçu, c'est par [ici](http://goo.gl/ayQAHM).

Faut dire que j'attendais cette vidéo avec impatience pour rédiger ce billet. C'est un peu le cadeau que Mountain View me fait chaque année. Un moment de pur émotion. La musique est toujours excellemment choisi même si ma préférée reste le Zeitgest 2011.

Ceci dit, 2013 fut une belle année. Une riche année durant laquelle la vie me donna des cours particuliers sur 3 notions essentielles. Je vous avoue que quand la vie veut t'apprendre des trucs, elle y va pas de mains mortes. Me concernant, elle y est allée par des questions. Enfin 2 questions et une forte "suggestion".

La première question à laquelle j'ai eu droit était de savoir quelles étaient mes valeurs. Quelles sont tes valeurs jeune homme? Quelles sont celles qui sont devenues désuètes, celles qui sont sacrifiables pour telle ou telle autre cause? Dans valeurs, je mets mes qualités fondamentales, mes principes, mes espoirs, mes craintes. Bref tout ce qui définit ma personnalité. En répondant à cette question, j'ai trouvé mes limites. Certaines sont franchissables et il vaut mieux ne pas essayer de transgresser d'autres au risque de se perdre soi-même. La leçon fut rude à retenir. Et elle est applicable aux entreprises également. En période de crises, une entreprise doit se recentrer sur ses valeurs, son savoir-faire, ses acquis. Ou au contraire se débarrasser de certaines pour pouvoir avancer.

Ce qui me conduit à la 2ème question à laquelle j'ai dû répondre : quelles sont mes priorités?. Il semble que je sois un humain. Et en tant que tel, j'entretiens des interactions avec les autres humains. Mais parfois, certaines interactions sont déséquilibrées. Du coup, il faut savoir faire fi des émotions et comme le dit une amie "déprioriser". C'est simple. Il suffit de regarder les relations, les situations qui réclament un investissement énorme mais sans retour sur investissement à aucun terme. Un simple tableau prévisionnel pertes/profits règle le problème. C'est beau les relations humaines mais de temps en temps faut savoir raison garder. Pour reprendre mon analogie avec les entreprises, c'est comme continuer à investir des ressources énormes dans une filiale abyssalement déficitaire. C'est malsain.

Voilà les deux questions auxquelles j'ai répondu. Si c'était un examen, je dirai que j'ai entrevu l'échec avant de charbonner pour décrocher le certificat haut la main.

Après m'avoir religieusement maltraité, la vie m'a fait une petite suggestion. Tu sais, comme quand ton père, ton H+1 te demande de lui "rendre un service". Donc la vie m'a suggéré fortement de me concentrer sur mes objectifs. Dis comme ça, c'est facile. Mais c'est un travail de tous les instants. Pour rester concentrer sur des objectifs, il faut d'abord définir les dit-objectifs. Ce qui veut dire savoir ce que l'on veut vu qu'on sait ce que l'on veut et ce que l'on vaut. Et ensuite ne pas céder aux tentations, ne pas céder face aux difficultés, faire les choix (sinon les autres le feront pour nous, la nature ayant horreur du vide et de l'indécision), faire les sacrifices nécessaires. Un peu comme si une entreprise ne se concentrait pas sur ses objectifs. La sanction est immédiate : dépôt de bilan. Bref il faut rester concentré.

En résumé, il faut :

**Connaitre ses valeurs. Connaitre ses priorités. Rester concentrer sur les objectifs.**

"Il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années." - (John-Fitzgerald Kennedy)

PS : pardon ne prenez pas des résolutions inutiles. On sait tous que elles prennent le large au plus tard en avril.

comments powered by Disqus