Au-Dessus Des Flots : Saison 1 Episode 9 – Road Trip, étape de Beijing

Pour mon anniversaire, mon père m’a envoyé un mail avec une seule phrase. « La vie est extraordinaire ». Peut-être exprimait-il son admiration devant la personne qu’il a contribué à façonner. Ou la fierté d’avoir un fils comme le mien. Mais je ne spéculerai par sur mon caractère extraordinaire. Je laisse ce soin à d’autres. :-P Mais je suis d’accord avec mon géniteur. La vie est vraiment extraordinaire et ce séjour en Chine ne fait que le confirmer.

Vendredi soir, j’ai quitté Shanghai et entamé un roadtrip avec ma coloc et des amies. Première étape : Beijing (Pékin pour le reste du monde). Nous avons fait le trajet Shanghai – Beijing en train de nuit. C’était une expérience très intéressante. Le voyage a duré une dizaine d’heures en cabine-couchette. Je vous redirige vers cet excellent article qui explique le mode de fonctionnement des trains en Chine.

Lors de mes précédents voyages, je privilégiais les hôtels. Je n’étais pas contre un minimum de confort en terre étrangère. Mais cette fois, avec le groupe, nous avons opté pour une auberge de jeunesse. Et pour une première, c’était réussie. Désormais, je privilégierai les auberges de jeunesse pour mes voyages. Le voyage devient une véritable et intense aventure humaine. J’ai rencontré une jeune journaliste brésilienne qui s’est prise 4 mois pour faire un tour du monde. Elle n’était plus motivée au boulot et s’est dit que le meilleur moyen de faire le point sur sa vie et savoir quelle orientation future y apporter, c’était de faire un tour du monde. Je me suis lié d’amitié avec une suédoise. Si toutes les compatriotes de Zlatan sont de ce calibre, je vais tranquillement m’y installer. La lignée des Godonou doit être préservée de la meilleure des manières. Larisa, son prénom, est escrimeuse professionnelle. Elle a participé à une compétition il n’y a pas longtemps. Avec la récompense obtenue, elle s’offre un tour du monde avant d’entamer des études en psychologie du sport. Depuis janvier, elle était en Egypte, au Kenya, en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande. De la Chine, elle continue son tour du monde en Malaisie. Cette fille m’impressionne. Sportive de haut niveau, intellectuelle et faisant le tour du monde avec pour seul compagnon son sac à dos. Yé souis mal fan de toi. D'ailleurs, j'ai une invitation pour un long weekend en Suède. J'ai aussi rencontré deux jeunes pratiquant le roller en tant que professionnelles. Ils se promenaient avec des GoPro et faisaient des selfies tout le temps. Après quelques échanges, j’ai appris qu’ils font eux aussi un tour du monde financé par leurs sponsors et participent aux XGames de la discipline. Du coup, ils suivent les différentes étapes de la compétition (Australie, Thaïlande, Brésil, Norvège, USA, etc). Ils seront à Shanghai dans un mois. On a booké des sorties. J’irai les encourager lors de leur étape à Shanghai. Pour suivre leurs aventures, c’est par .

Donc Beijing. Nous sommes arrivés à 7h et des poussières. Une fois nos affaires posées à l’auberge, direction place Tiananmen. Visite de la Cité Interdite (ancienne résidence des empereurs de Chine). Avant de venir, je pensais que les plus grosses concentrations de touristes au mètre carré que j’avais vus étaient à New York à la Statue de la Liberté et à Paris à la Tour Eiffel. Mais ça, c’était avant. Avant de venir à Tiananmen. C'est indescriptible. Il faut le vivre pour comprendre. A un moment, j’ai perdu mon groupe de vue. Mais pas grave, on se retrouverait à l’auberge. J’ai pu visiter le Musée National de Chine dont la collection est excellente. Une fois la visite du musée terminée, j’ai pu entamer celle de la Cité Interdite. En chiffre, la Cité Interdite, c’est 14 ans de constructions par 200 000 ouvriers pour 72 ha dont 50 de jardins, 9999 pièces selon la légende (8704 en réalités.). Le palais est en majeur partie construit en bois. On retrouve énormément de grandes bassines en bronze à l’intérieur. Elles faisaient parties du dispositif de luttes contre les incendies. La plupart du temps, il y avait 3 entrées/sorties. Ceci s’explique par le fait que seul l’empereur pouvait passer par les portes du milieu. Ce dernier pouvait avoir jusqu’à 72 concubines. Seule une portait le titre d’impératrice, quelques-unes lui donnait des héritiers et il arrivait que certaines ne le rencontrent jamais. Les hommes dans la Chine ancienne choisissait leurs futures épouses sur 4 critères : la beauté (ancienne ou pas, les hommes restent des hommes), les aptitudes au jeu d'échecs chinois, les talents en musique et en peinture.

Pour la première fois de ma vie et malgré mon expérience assez conséquente des voyages, je suis tombé dans un piège à touristes. A la sortie, je cherchais le métro. Qui était hyper loin. Un type sur une espèce de moto me dit qu'il y va. De monter, il m'amène. A un moment il tourne dans un coin de rue. Se met à me crier "euro" et à vouloir me piquer mes sous. Par hasard, un groupe de gens passait dans la rue. Je pensais qu'il s'agissait de complices. Et là dans ma tête "dans la merde, tu es jeune padawan". Mais non. L’escroc s’est mis à me réajuster mon col comme si on était des connaissances, a démarré son engin et est parti. Le bonus, c’était que la station de métro était encore assez loin. C’est ainsi que j’ai quitté Tiananmen.

Le deuxième jour, messe à la cathédrale de Beijing. Je rencontre une dame et me mets à parler avec elle. Béninoise, elle est membre de la représentation diplomatique béninoise à Shanghai. Du coup, j’ai une invitation pour rencontrer l’ambassadeur demain. Après la messe, direction le village olympique. Avant je croyais également que seule l’Amérique du Nord avait une préférence pour faire tout en grand, très grand. Depuis que je suis en Chine, je me suis rendu compte que c’était faux. Le village olympique est juste immense. J’ai pu visiter le Cube D’eau qui est juste une merveille de l’architecture moderne. Le Nid d’Oiseau a eu droit à mon admiration externe.

Aujourd’hui nous sommes allés à la Grande Muraille de Chine. Départ à 8h de l’auberge en bus. Une grosse heure et demie pour y arriver. Nous avions le choix entre monter à pied ou en téléphérique. Nous avons choisis d’y aller à pied. Je sens encore mes mollets demander grâces. Une fois au sommet, nos efforts ont été récompensés. La vue est juste superbe. Avec le début du printemps, on peut admirer les cerisiers en fleurs à perte de vue. La descente s’est faite en toboggan. Sujet au vertige, je n’étais pas très rassuré. Mais ce fut hyper méga giga fun.

Petite anecdote : depuis que je suis en Chine, je me suis fait arrêter (mes camarades aussi) un peu plus d’une douzaine de fois par des inconnus qui voulait me prendre en photo avec eux. Je me demande bien ce qu’ils en feront.

Voilà pour Beijing. Demain, visite du Musée Militaire avant de prendre le train pour Xi’an, la ville où il y a l’armée d’argile et la tombe du premier empereur.

“La vie est extraordinaire” — (Alain GODONOU)

comments powered by Disqus