Au-Dessus Des Flots : Saison 1 Episode 7 – Lettre aux miens !


Paula (à gauche) et ses amies

Pour cet épisode, je partage avec vous une des lettres que ma colocatrice brésilienne, Paula, envoie aux siens pour conter son aventure chinoise.

9 choses sur la Chine ( en 2 semaines )

  1. La barrière de la langue. Elle se ressent particulièrement quand on commande au restaurant. Le menu est une boite à surprise. On peut avoir un plat absolument délicieux ou un truc qui sera difficile à ingérer. Mon conseil pour les débutants (comme moi) est de juger aux images du menu.
  2. Une des premières choses qui me vient à l’esprit quand je pense à Shanghai : des millions de personnes d’un côté à l’autre dans la rue. Ici, l’espace est un luxe. Par conséquent, les chinois sont habitués à la foule (contrairement au Brésil où foule signifie désordre, ici tout est calme et sans bousculades.) Au milieu de millions de personnes, si vous vous rentrez dans quelqu'un, ne vous embêtez pas à vous excuser. Ils ne s’en soucient pas! Comme je le disais, l'espace est un luxe et cogner l'autre est normal.
  3. Vous êtes-vous déjà trouvé une situation où vous devez mimer pour communiquer ? De nombreux gestes sont universels. Universels exceptés en Chine. N’essayez même pas, ils ne comprendront nada !! Par exemple, 10 se mime en Chine en formant un poing.
  4. Ici, tout est négociable. Du vendeur dans la rue (comme au Brésil) au prix de la scolarité. Si vous ne parlez pas mandarin, vous êtes un peu dans la merde. Le prix pour les étrangers est généralement doublé voire triplé.
  5. La logique grammaticale du mandarin est très différente de celle du portugais. A la fin, vous finirez par comprendre la comprendre. Du moins, j’essaie de me convaincre que ça va se passer comme ça. #RireNePasPleurer
  6. Il y a une légende urbaine qui prétend que parler anglais vous permettra d’aller n’importe où dans le monde. Ce n’est pas forcément le cas en Chine. A Shanghai, ville cosmopolite par définition, peu de gens shanghaïens lambda parlent anglais. Et les rares qui le font ont un vocabulaire limité. Même mon professeur de mandarin ne parle pas très bien anglais. Sous un autre prisme, cet état des choses vous oblige à parler le mandarin. « If you run, the beast catches you. If you stay, the beast eats you » : le prix est toujours majoré pour les étrangers. Mais parlant mandarin, le traitement sera légèrement meilleur.
  7. Ici, on peut fumer partout ou presque. C’est terrible parce dans un environnement fermé (restaurant, bar, etc.) la personne à côté de toi peut fumer tranquillement. Quand vous rentrez, vous vous rendez compte que vous empestez la cigarette.
  8. A Shanghai, on peut rarement voir le soleil. Beaucoup utilise des masques respiratoires. Chaque jour semble brumeux ou nuageux : c’est juste la pollution. En espérant que l’été cela s’améliore et que je puisse voir le soleil.
  9. A mon arrivée, j’ai été surprise par la propreté de la ville. Du moins dans les endroits où je vais. La ville est vraiment propre. Mais ce n’est pas le fait des citoyens. Mais plutôt du gouvernement qui emploie énormément de gens pour nettoyer la ville tout le temps. Les citoyens jettent les déchets partout mais il y a toujours quelqu’un pour nettoyer derrière quelques minutes après. Au brésil, les gens sont mal éduqués et en plus, il n’y a pas d’agents de nettoyage. C’est difficile hein…
J'enverrai régulièrement de mes nouvelles et mes impressions sur la Chine. Bisous! ♥

Voilà, c'est la fin de l'épisode. Le point de vue d'une brésilienne est assez intéressant à observer. L'intéressée également. Ses amies aussi. Saignement du nez, toussa, toussa.
Il existe un autre blog d'étudiants fBS à Shanghai. C'est par ici. Il est touours intéressant d'avoir plusieurs opinions d'un sujet. Je vous invite à le découvrir.

“Travel brings power and love back into your life.” — (Rumi)

comments powered by Disqus