Au-Dessus Des Flots : Saison 1 Episode 12 - So Parisienne

Il y a un proverbe que j’aime beaucoup : "quand l’élève est prêt, le maître apparait". On pourrait penser que l’élève est toujours prêt à apprendre, que c’est à l’enseignant de prendre la mesure de sa tâche et de transmettre le savoir. Il suffit de songer au nombre de fois où l’on dit « ah si je savais ». La plupart d’entre nous sinon tous, ne sommes prêts à entendre, à apprendre que ce que nous voulons entendre et apprendre. Si nous ne sommes pas prêts à recevoir, à apprendre qu’importe la pertinence du conseil ou de la leçon, qu’importe si l’enseignant est un Nobel de son domaine. Le fait est que les enseignants sont toujours prêts à conseiller, à transmettre leurs savoirs et expériences. Et pour recueillir ce savoir, ces expériences, il faut aller les chercher, se mettre dans une posture d’apprentissage, d’écoute active. Il faut avoir envie et faire ce qu’il faut pour satisfaire cette envie.

Mon expérience à Shanghai est l’une des plus belles que je vis. Et si je devais faire une short-list de mes plus belles rencontres ici, dans le top 2 se retrouverait ma rencontre avec Laura et Nicolas.

Je n'avais pas prévu de venir ici. Je devais intégrer l’incubateur de l’école pour un projet. Quand la sélection a été lancée pour le semestre à Shanghai, mon géniteur m’a poussé à tenter ma chance. Son argument est que je pourrai apprendre de nouvelles choses, faire de belles rencontres et enrichir mes idées concernant mes projets entrepreneuriaux (indeed Dad). Mes professeurs ont aussi usé de cet argument. L’incubateur serait toujours présent et je pourrai l’intégrer à mon retour avec de nouvelles idées tirées de mon parcours à Shanghai. Sur leurs insistances, j’ai fini par me convaincre que ce serait intéressant.

"Quand l’élève est prêt, le maître apparait."
Laura et Nicolas sont 2 jeunes français partageant leurs temps entre Shanghai et la France. Ils sont les propriétaires de So Parisienne. Il s’agit d’une plateforme d’e-commerce dont la particularité est de vendre du haut de gamme français. Le créateur de la marque cherchait des investisseurs. Ayant tout de suite vu le potentiel du concept, Nicolas et Laura ont décidé non pas d’investir dans So Parisienne mais de le reprendre. Ayant fait leurs études et une partie de leurs parcours professionnelles en Chine, ils ont décidé de partir à la conquête du marché chinois en proposant aux consommateurs locaux des produits de créateurs français jeunes ou moins jeunes, connus ou peu connus. Et ça cartonne. Je vous invite à lire l'interview qu’ils ont donnée au site marketing-chine.com pour vous faire une idée : A la découverte de la marque française "So Parisienne".
Je les ai rencontré lors du diner organisé par mon école pour nous permettre de nous créer un réseau professionnelle en Chine. Et ils ont accepté de me parler plus en détails de leurs projets et le plus important pour moi, d’échanger et de me donner des conseils. Les entendre, les écouter parler de So Parisienne me renforce dans mon choix de faire de l’entreprenariat. A leur contact, j’apprends et j’apprendrai énormément. Leur donner un coup de main de temps en temps me permettra d’acquérir des compétences nouvelles et de développer celles existantes. Je pourrai bénéficier de leurs expériences et éventuellement entrer en contact avec des personnes de leur réseau, qui compte énormément de jeunes entrepreneurs. Je pourrai par exemple avoir le contact de l’habilleur de la présidente libérienne. Juste le pied.

"Quand l’élève est prêt, le maître apparait."
Ce proverbe est d’autant plus véridique car si je n’étais pas dans l’état d’esprit d’apprendre au contact des gens, si je n’avais pas saisi l’occasion de ce diner pour rencontrer des gens, je serai passé à côté d’une excellente opportunité.

Vive Laura !
Vive Nicolas !
Vive So Parisienne !

“I'm still learning” — (Michelangelo)

comments powered by Disqus